Louis-Claude Vincent


Louis Claude Vincent

 

Après son diplôme d'ingénieur (1925), Louis Claude Vincent se spécialise dès 1926 en hydrologie, et dans les travaux d'hygiène publique (adduction d'eau et égouts). Pendant douze ans il fut ingénieur-conseil de plusieurs centaines de communes, ce qui lui permit (avec des confrères) d'établir que : «Les taux de mortalité due aux maladies graves (tuberculose, cancer, maladies cardiovasculaires) sont directement liés à la qualité de l'eau délivrée aux populations. Ces taux augmentent quand l'eau est très minéralisée et rendue "potable" après traitement et adjonction de produits chimiques oxydants». 

C'est dans le but d'apporter une explication scientifique à ce constat statistique qu'il entreprit des recherches lui permettant de remarquer, dès 1946, qu'un liquide est caractérisé par les mesures de trois paramètres physico-chimiques :

Le potentiel acido-basique, (le pH, valeurs de 0 à 14), qui indique la richesse ou la pauvreté en protons hydrogène (H+),

Le pouvoir oxydo-réducteur (le rH2, valeurs de 0 à 42), révélateur de la richesse ou de la pauvreté en électrons (e-), et,

La concentration plus ou moins élevée en électrolytes indiquant la faculté plus ou moins grande de résister au passage du courant électrique, (la résistivité rô, ou ρ, mesuré en Ohm.cm). Cette dernière valeur est aussi un indicateur de la richesse ou de la pauvreté en sels minéraux, molécules ou ions en solution.

Au cours d'un voyage au Liban en 1952, il réalise des mesures bio-électroniques sur le sang, démontrant l'intérêt de cette technique pour définir objectivement les états de santé et de maladie. Puis, en 1954, il devient professeur à l'École d'Anthropologie de Paris et poursuivit ses recherches avec de nombreux spécialistes (Dr Paul Bosson, Dr Jeanne Rousseau, Dr Franck Morell, etc...). En 1972, après plus de 60 000 mesures réalisées sur le sang, la salive et l'urine des malades, il propose une définition globale du terrain avec une approche énergétique objectivée, par les analyses. 

Vous pouvez trouver une publication de travaux de Louis Claude Vincent, ainsi qu'une conférence retranscrite, parmi les Hors séries à la librairie de l'association.

Il est également l'auteur de "Le paradis perdu de Mu" que vous pouvez commander à l'ABE