Historique de la Bio-électronique Vincent (BEV)


Les précurseurs

De nombreuses recherches ont précédé les travaux de Louis Claude Vincent et ont permis la création de la bioélectronique. Parmi ces scientifiques citons : Georg Simon Ohm (1789-1854) pour la résistivité, Soren Sorensen (1868-1939) pour le potentiel acido-basique, Walter Nernst (1864-1941) pour le potentiel rédox... mais également Charles Laville, Fred Vlès, etc…


La notion de terrain

Remontons un peu dans le temps : au XIXème siècle, le célèbre médecin et physiologiste Claude Bernard énonçait son fameux précepte : « le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Quelques décennies plus tard, le non moins célèbre chercheur Louis Pasteur, qui avait défendu toute sa vie le « microbisme », confiait à ses proches, au crépuscule de sa vie : « Bernard avait raison… le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Deux voix éminentes prenaient donc position quant à l’importance de cette notion de terrain.

Remontons encore un peu le temps jusqu’aux périodes moyenâgeuses durant lesquelles ont sévi les terribles épidémies de peste et de choléra. Comment expliquer autrement que par cette notion de terrain que la moitié de la population d’une ville disparaissait alors que l’autre moitié n’était pas touchée !

Au XXème siècle, cette idée de terrain a fait son chemin et des scientifiques comme Charles Laville, Fred Vlès et Louis Claude Vincent, entre autres, ont cherché à en préciser la nature. C’est ainsi que, dès le début des années 1940, ces éminents chercheurs démontraient que l’état du terrain d’une personne pouvait être parfaitement caractérisé, et ce de manière rigoureusement scientifique, grâce à la connaissance de 3 paramètres physiques du sang veineux facilement mesurables. Louis Claude Vincent poursuivant ses recherches, développait la méthode et concevait des appareils permettant la mesure de ces paramètres et, s’appuyant sur des centaines de cas de patients, établissait des relations précises entre les déviances de l’état du terrain et diverses maladies de toutes origines. De plus, il préconisait des moyens simples pour rétablir le terrain dans son état optimal.

On était en 1948 ; la Bio-Electronique Vincent était née.