Historique de la Bio-électronique Vincent (BEV)

Les précurseurs

De nombreuses recherches ont précédé les travaux de Louis Claude Vincent et ont permis la création de la bioélectronique. Parmi ces scientifiques citons : Georg Simon Ohm (1789-1854) pour la résistivité, Soren Sorensen (1868-1939) pour le potentiel acido-basique, Walter Nernst (1864-1941) pour le potentiel rédox... mais également Charles Laville, Fred Vlès, etc…

La notion de terrain

Remontons un peu dans le temps : au XIXème siècle, le célèbre médecin et physiologiste Claude Bernard énonçait son fameux précepte :

« le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Quelques décennies plus tard, le non moins célèbre chercheur Louis Pasteur, qui avait défendu toute sa vie le « microbisme », confiait à ses proches, au crépuscule de sa vie :

« Bernard avait raison… le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Deux voix éminentes prenaient donc position quant à l’importance de cette notion de terrain.

Remontons encore un peu le temps jusqu’aux périodes moyenâgeuses durant lesquelles ont sévies les terribles épidémies de peste et de choléra. Comment expliquer autrement que par cette notion de terrain que la moitié de la population d’une ville disparaissait alors que l’autre moitié n’était pas touchée !

Au XXème siècle, cette idée de terrain a fait son chemin et des scientifiques comme Charles Laville, Fred Vlès et Louis Claude Vincent, entre autres, ont cherché à en préciser la nature. C’est ainsi que, dès le début des années 1940, ces éminents chercheurs démontraient que l’état du terrain d’une personne pouvait être parfaitement caractérisé, et ce de manière rigoureusement scientifique, grâce à la connaissance de 3 paramètres physiques du sang veineux facilement mesurables. Louis Claude Vincent poursuivant ses recherches, développait la méthode et concevait des appareils permettant la mesure de ces paramètres et, s’appuyant sur des centaines de cas de patients, établissait des relations précises entre les déviances de l’état du terrain et diverses maladies de toutes origines. De plus, il préconisait des moyens simples pour rétablir le terrain dans son état optimal.

On était en 1948 ; la Bio-Electronique Vincent était née.

L'invention

Louis Claude Vincent

 

Après son diplôme d'ingénieur (1925), Louis Claude Vincent se spécialise dès 1926 en hydrologie, et dans les travaux d'hygiène publique (adduction d'eau et égouts). Pendant douze ans il fut ingénieur-conseil de plusieurs centaines de communes, ce qui lui permit (avec des confrères) d'établir que : «Les taux de mortalité due aux maladies graves (tuberculose, cancer, maladies cardiovasculaires) sont directement liés à la qualité de l'eau délivrée aux populations. Ces taux augmentent quand l'eau est très minéralisée et rendue "potable" après traitement et adjonction de produits chimiques oxydants»

C'est dans le but d'apporter une explication scientifique à ce constat statistique qu'il entreprit des recherches lui permettant de remarquer, dès 1946, qu'un liquide est caractérisé par les mesures de trois paramètres physico-chimiques :

  • Le potentiel acido-basique, (le pH, valeurs de 0 à 14), qui indique la richesse ou la pauvreté en protons hydrogène (H+),
  • Le pouvoir oxydo-réducteur (le rH2, valeurs de 0 à 42), révélateur de la richesse ou de la pauvreté en électrons (e-), et,
  • La concentration plus ou moins élevée en électrolytes indiquant la faculté plus ou moins grande de résister au passage du courant électrique,(la résistivité , ou ρ, mesuré en Ohm.cm. Cette dernière valeur est aussi un indicateur de la richesse ou de la pauvreté en sels minéraux, molécules ou ions en solution.

Au cours d'un voyage au Liban en 1952, il réalise des mesures bio-électroniques sur le sang, démontrant l'intérêt de cette technique pour définir objectivement les états de santé et de maladie. Puis, en 1954, il devient professeur à l'École d'Anthropologie de Paris et poursuivit ses recherches avec de nombreux spécialistes (Dr Paul Bosson, Dr Jeanne Rousseau, Dr Franck Morell, etc...). En 1972, après plus de 60 000 mesures réalisées sur le sang, la salive et l'urine des malades, il propose une définition globale du terrain avec une approche énergétique objectivée, par les analyses. 

Vous pouvez trouver une publication de travaux de Louis Claude Vincent, ainsi qu'une conférence retranscrite, parmi les Hors séries à la librairie de l'association.

Il est également l'auteur de "Le paradis perdu de Mu" que vous pouvez commander à l'ABE

Historique de l'Association Bio Electronique (ABE)

En 1972 est créée une société internationale : la SIBEV.

En 1989 est créée l'Association pour la Recherche et les Applications en Biophysique et en Biologie Electronique, dont l'objet est l'actualisation, la diffusion de la méthode, ainsi que l'enseignement de la Bio-Electronique.·

En 1998 elle prend le Nom de A.B.E. ·(Association de Bio-Electronique).
Elle édite pour ses adhérents 4 revues par an.

Stages santé  4 jours
Automne  15 nov 2017
Formation   BEV 2018
init. 2 WE oct - nov
perf. 4 WE à préciser....
revue sources vitales n°101